Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 septembre 2013 3 04 /09 /septembre /2013 14:25

Cet  été, du 8 au 20juillet 2012, nous avons parcouru l’itinéraire du Rhône, la ViaRhôna, de Genève à la mer. Je connais de nombreux tronçons  du parcours mais le réaliser en continu est un plaisir différent. Bien que l’aménagement soit loin d’être terminé il existe beaucoup d’informations pour ce qui est réalisé : celles de Territoire Rhône, et bien sûr de l’AF3V. Pour le reste, il faut trouver des routes pas trop fréquentées. Les informations du guide du Rhône à vélo de l'association Suisse Dérives du Rhône repris par la Région Rhône Alpes, et d(autres, sont toutes utiles pour faire des choix. Avec ce que je connaissais j’ai pu faire notre itinéraire qui s’est avéré très agréable.

 

 

 

 

 

 

La Carte du parcours

 

 

 

 

Un petit groupe de 14 s’est constitué à partir des amis Lorrains avec qui nous avons pris l’habitude de randonner et Rhône Alpins qui commencent à s’y intéresser. 

 

 

Nous avons pu rejoindre Genève les uns par Lyon en TER les autres par Bâle et La Suisse.

Nous avons profité de l’occasion pour découvrir cette ville.  Dès l’arrivée à la gare de Genève  on voit une ville qui s’organise avec le vélo comme composante des déplacements : accès aux quais, stationnement des vélos, consignes vélo. La boutique  Genèveroule  en face de la gare propose location et prêt gratuit de vélo en été. La ville de Genève édite une carte vélo de la ville et des environs qu’elle adresse gratuitement sur demande. Avec, c’est un régal de visiter cette ville à vélo.

Nous commençons par le surprenant quartier des Grottes non loin de la Gare.   Nous continuons par les ponts du Rhône puis  la vieille  ville sur la hauteur : la promenade de la Treille, l’Hôtel de Ville, la Cathédrale.

Même quand on se trompe de chemin et que l’on se trouve devant un escalier il est équipé d’un rail pour passer à vélo !  Ce dimanche après-midi de début juillet il y a beaucoup de monde sur la promenade  du Lac et le jardin Anglais. Nous poursuivons vers le très agréable camping de la pointe à la Bise et un bain dans le lac.


Un petit groupe de 14 s’est constitué à partir des amis Lorrains avec qui nous avons pris l’habitude de randonner et Rhône Alpins qui commencent à s’y intéresser. 

 

8 juillet Geneve

Nous avons pu rejoindre Genève les uns par Lyon en TER les autres par Bâle et La Suisse.

Nous avons profité de l’occasion pour découvrir cette ville.  Dès l’arrivée à la gare de Genève  on voit une ville qui s’organise avec le vélo comme composante des déplacements : accès aux quais, stationnement des vélos, consignes vélo. La boutique  Genèveroule  en face de la gare propose location et prêt gratuit de vélo en été. La ville de Genève édite une carte vélo de la ville et des environs qu’elle adresse gratuitement sur demande. Avec, c’est un régal de visiter cette ville à vélo.

Nous commençons par le surprenant quartier des Grottes non loin de la Gare.   Nous continuons par les ponts du Rhône puis  la vieille  ville sur la hauteur : la promenade de la Treille, l’Hôtel de Ville, la Cathédrale.

Même quand on se trompe de chemin et que l’on se trouve devant un escalier il est équipé d’un rail pour passer à vélo !  Ce dimanche après-midi de début juillet il y a beaucoup de monde sur la promenade  du Lac et le jardin Anglais. Nous poursuivons vers le très agréable camping de la pointe à la Bise et un bain dans le lac.

ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer

9 juillet Genève Seyssel 69km

Le lendemain nous longeons le lac Léman puis le Rhône dans la traversée  du centre de Genève.

Nous  retrouvons la route n°1 qui, à partir de la gare de Genève, est balisée ViaRhôna. Elle longe le Rhône traverse l’Arve, monte dans le bois de la Bâtie et rejoint Onex et Bernex par des rues et vieux chemins très agréables et calmes Il n’y a qu’à se laisser guider par le balisage. Elle redescend dans la campagne vers Aire la ville et traverse le Rhône sur le barrage de Verbois.

Là nous optons pour la variante VTC qui suit le Rhône qui est un gros torrent aux eaux grises. Puis un étonnant passage sous le pont de la voie ferrée nous amène à la Plaine. Il fait chaud pour remonter à Avully. Une fontaine ombragée avec quelques bancs et de l’herbe verte est un bon endroit pour le pique-nique.

A Chancy nous quittons la Suisse le tous les aménagements disparaissent. Le cycliste se débrouille avec les voitures ! A Valleiry un balisage provisoire du Léman à la mer. Une très jolie petite route nous ramène sur la D1206 très circulé que l’on quitte à Vulbens.Arrêt au défilé de l’Ecluse pour profiter de ce beau point de vue. A Clarafond un petit détour pour trouver de l’eau au cimetière. Nous choisissons le passage non balisé par Usinens. La D331, il est superbe avec une vue magnifique sur la vallée du Rhône. Les 5km très pénibles sur la D14 dépourvu d’aménagement pour arriver là sont oubliés ! A l’entré de Seyssel la bande cyclable se transforme et trottoir puis en voie verte sans indication !

 Une vue de carte postale sur le village et le pont de Seyssel et nous voilà sur la place de l’Orme pour une bière bien méritée. 

C’est l’étape ou le dénivelé est le plus important.

Le camping de Seyssel est plutôt vétuste et bruyant le long de la route. Repas à la Rôtisserie du Fiers bon accueil.

ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer

10 juillet Seyssel St Genix sur Guiers 64km

Belle petite ville, mais le double sens cyclable n’est pas encore arrivé jusque-là. Il ne faut pas rêver, on n’est plus en Suisse ! Le Vélo ne fait pas encore parti de la vie quotidienne ici. C’est ce que nous constaterons pratiquement tout le long du parcours. J’essaierais de ne parler que des heureuses surprises que nous avons trouvées.

Un petit bout de voie verte pour rejoindre les gorges du Fier puis 5km de route départementale avec une mini bande cyclable dans la montée qui disparait quand ça devient difficile et qui réapparait.  On la quitte au plutôt pour rejoindre la petite route de Mathy dessous. Comme il n’a pas plu ces derniers jours, nous choisissons de rejoindre la Joie par le GR65 pour profiter de plusieurs vues sur le Rhône sauvage. Un bon chemin au début puis un slalom entre les flaques, enfin, il faut descendre de la digue et rejoindre la route qui mène au pont de la Joie. Nous choisissons de rester au bord du Rhône sur le chemin d’exploitation jusqu’à l’Etang Bleu. Le grand Colombier domine le Fleuve.

Entre La Muraille à Chanaz la petite route qui longe une ancienne digue conduit jusqu’au canal de Savières. Une voie verte le longer, contourne le camping et permet d’accéder à l’écluse. Il ne reste plus qu’à mettre en place un balisage homogène sur ce beau parcours.

Un pont et une passerelle piéton permettent d’accéder au village de Chanaz ou les terrasses de café sont pleines de cyclistes qui profitent de ce coin agréable pour faire une pose !   

De Chanaz un long  parcours bien aménagé et balisé dans l’Ain mène à Virignin le long de la dérivation du Rhône.  Beaux passages : vers la plage d’Ecoinçon, le pont de Massignieux et le long de la dérivation jusqu’à Belley, compensent les parties rigides et fastidieuse de l’aménagement. A Virignin, il n’est pas possible d’apprécier le beau passage de Pierre Châtel. En attendant la passerelle sur le Rhône, un balisage de continuité de l’itinéraire et des bandes cyclables pourraient être mis en place sur les 2 km de la D1504 ce ne serait pas du luxe !

A La Balme l’aménagement se poursuit avec encore de beaux passages : la tuilerie de La Balme,  les Benollets, le hameau de Leschaux et le long de l’ancienne digue du Rhône en arrivant à St Genix sur Guiers. Encore une petite ville qui a du mal à accueillir les cyclistes ! Difficile de trouver un restaurant. Heureusement le camping est accueillant et bien tenu, malgré le voisinage d’un Intermarché qui fait ses livraisons à 5 h du matin ! Un office du tourisme et un marché sympa, des commerces accueillant et une dégustation du fameux pain de St Genix

ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer

11 juillet St Genix Sur Guiers Villebois 48km

Nous choisissons de rejoindre l’itinéraire par St Didier attiré par sa belle chapelle médiévale. Encore des routes et ponts ou rien n’est prévu pour accueillir les cyclistes avec la sécurité qu’ils espèrent !

Les poissons seraient-t-ils mieux traités ?

Quand on voit la passe à poisson du Guiers on pourrait le penser !

A la Bruyère on n’a pas envie d’aller jusqu’à Brénier Cordon, on a hâte de retrouver la voie verte le long du canal. Beaux parcours jusqu’à Port de Groslée avec les maisons de pisé sur la rive gauche du Rhône et de pierre sur la rive droite.  Plusieurs villages et hameaux ont leur four banal toujours  en fonctionnement. Maisons à pignons à redents comme on en trouve dans le Vercors. Le château de la fille de Paul Claudel domine Groslée. Quelques œuvres contemporaines et une aire de pique-nique agréable.

Pour rejoindre Villebois nous choisissons de passer par Creys et Mepieu. Jolie passage un peu vallonné dans cette campagne avec beaucoup de forêts et d’étangs. A Creys un café accueillant. Nous traversons le Rhône à Briord et nous le suivons jusqu’à Villebois par la base de loisirs du Point Vert. Belles vues sur le Rhône.

Le domaine des Cèdres et le pôle vélo qui se met en place est une bonne étape. C’est une région ou les balades à vélos sont agréables. L’itinéraire « officiel » de la ViaRhôna passant par Morestel un peu loin du Rhône devrait se compléter par un autre en rive droite du Rhône entre la base de loisir et le beau défilé de Maiarage jusqu’à Port de Groslée pour offrir des boucles locales très intéressantes.

ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer

12 juillet VilleBois Meyzieu 62km

Nous rejoignons le Rhône au Préau, l’ancienne gare. Le chemin n’est pas revêtu mais bien roulant. Au barrage de Sault Brenaz, 8km de voie verte au bord du Rhône, avec de belles vue sur les châteaux de Vertrieu, nous amènent près du pont de Lagnieu. Les 2km qui suivent et la traversée du pont de Lagnieu nous ramènent à la réalité routière. On s’en échappe au plus vite par le chemin du Pertemps, une petite partie en bon chemin blanc, pour rejoindre La Balme, village  pittoresque qui n’est pas encore habitué à voir des touristes à vélo.

La D65H permet de rejoindre Hières sur Amby. Cette route calme permet de voir les maisons en pierre ou en pisé avec des très belles clôtures en dalle de pierre levées des carrières de la région. Le site archéologique code Larina domine la plaine. Il n’est qu’à 7 Km. Nous profitons de la fraicheur de la vallée de l’Amby pour trouver un agréable coin de pique-nique. Apres une halte café à Hières sur Amby nous poursuivons par la D65E jusqu’à l’église de Vernas. Toujours de belles maisons de pierres et de fontaines mais aucune ne propose d’eau potable.  Il ne reste plus qu’à se laisser glisser jusqu’au pont de Loyettes par le Moulin du Peillard en longeant d’impressionnantes gravières.

De là il faut rejoindre le pont de Jons. Le trafic de la D55 n’est pas accueillant. Au 5 Chemins nous choisissons la route de Belmont. Le vieux pont sur la Bourbe n’attend qu’un itinéraire cyclable. La route J Mouraret nous ramène sur la D55. Juste en face un chemin de terre, sur 1.5km,  nous permet de rejoindre Anthon pour aller voir le confluent du Rhône et de l’Ain ou a existé un bac pour traverser. Par la D55E nous retournons sur la D55 ou encore 1km de chemin de terre nous permet de rejoindre le chemin de Mons à Anthon puis la rue des Robiniers. La rue des Sycomores, des Muriers et des Saules nous permet de traverser tranquillement se quartier plutôt laid de Villette d’Anthon. On se retrouve encore sur la D55 que l’on quitte à droite au bout de 500m. Les chemins de Chatenois, des Potiers, du Bourdeau et des Acacias nous amène sur le chemin du canal de Jonage. Ce parcours est un peu vallonné mais avec un balisage et l’amélioration des petits tronçons de chemin de terre permettraient une bonne continuité. Quand on voit les travaux routiers engagés dans ce secteur, seul la mauvaise fois peut justifier cet oubli !

 

Il nous reste qu’à rejoindre le camping de Meyzieu par la Voie Bleue, quel plaisir !

Le camping est devenu la Résidence Hôtelière du Grand Large. Elle ne semble pas prendre très au sérieux la clientèle des cyclistes itinérants. Peu de place leur est réservée. C’est peut-être un peu nouveau mais nous ne sommes pas les seuls. Le restaurant qui vient d’être crée est très satisfaisant.

ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer

13 juillet Meyzieu Condrieu 71km

Pour gagner Lyon aucun balisage mais 3 solutions : par LEA, par l’anneau Bleu le long du canal de Jonage et par le Grand Parc. Malgré 600m de très mauvais chemin c’est cette solution que nous choisissons. Une petite halte à la Ferme des Allivoz. A 20km à vélo du centre de Lyon, ce jardin pédagogique n’a pas la fréquentation qu’il mérite.  Le parcours dans le Grand Parc est agréable mais un calme pour une belle matinée de juillet. Le passage de 300m pour accéder au pont de Croix Luizet n’est toujours pas aménagé. Surprise, après le pont Raymond Poincaré l’itinéraire est coupé par le chantier d’une passerelle piéton vélo de St Claire , pas  de déviation signalée  pour les vélos ! Pour un projet de plus de 15millons d’euros, le maitre d’ouvrage aurait pu faire un effort ! Malgré tous les aménagements cyclables,  le vélo n’est pas encore considéré comme un moyen de déplacement comme un autre. C’est peut-être pour cela qu’il n’y avait pas grand monde dans le Grand Parc. Espérons qu’à ce prix les liaisons cyclables entre Caluire, Lyon et Villeurbanne seront améliorées !

Heureusement que je connais le secteur, nous en profitons pour traverser le superbe quartier de la Cité Internationale remarquablement adapté aux déplacements à vélo et entrer dans le parc de la Tête d’Or. Au pont de la Guillotière, nous profitons des Berges du Rhône pour une pause pique-nique.

Pour rejoindre Givors nous choisissons de passer par la place Bellecour, le quai de Saône, le pont Kitchener, l’avenue JJ Rousseau, la Mulatière, et la D15. C’est là que l’on mesure tout le travail qui reste à faire pour que le grand Lyon devienne une ville cyclable ! Ces 22km sont les plus pénibles de notre randonnée, le trafic routier est important. On peut être tenté de prendre le train TER de Lyon à Givors.

A Givors une passerelle permet de traverser le Gier. Un arrêt devant la Maison du Rhône. Il n’est pas facile de rejoindre l’hôtel de ville  à vélo pour aller voir les Etoiles. C’est pourtant un endroit calme avec un café accueillant. Pour quitter Givors il faut encore prendre la D 386 sur 500m avec une bande cyclable la cela ne gêne pas les voitures. On s’en échappe en prenant à droite la rue de la Tour, la rue des abricotiers, la rue Renée Peillon sur Givors, puis sur Loire sur Rhône : la rue du 8 Mai, Edmond Cinquin et enfin la rue Etienne Flaschy qui coupe la D368 et rejoint la Via Rhôna stade. Ne comptez pas sur la signalisation pour trouver votre chemin ! La voie verte travers maintenant le zone industrielle puis longe le Rhône jusqu’à l’accueillante ile Barlet puis St Romain en Gal.Cette arrivée sur Vienne est superbe.

On quitte la ville en poursuivant sur le quai du Rhône, la digue et le contre canal. Il faut éviter l’usine de Vaugris et poursuivre sur Ampuis et Condrieu. Le passage de l’ile du Beurre est le dernier obstacle à franchir avec ses 3 barrières et 5 chicanes sur 1 km.

Camping de l’Ile des Pêcheurs est accueillant mais, là aussi, peu de place pour les cyclistes de passage.  « On dirait le Sud » est un restaurant correct

ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer

14 juillet Condrieu Valence 88km

Longue étape pour rejoindre Valence mais le mistral va nous aider et la rendre même agréable. ViaRhôna est balisé jusqu’à St Vallier avec un seul passage pénible, les 2 km de D4 à Sablon. De plus le passage sous le pont été encore fermé après la feu d’artifice de la veille. Tout le village est en train de boire l’apéritif sur la place mais le passage n’a toujours pas été rétabli ! On a encore des efforts à faire en matière d’accueil des touristes !  ViaRhôna ne fait pas encore parti du paysage.

De belles aires au pont de St Pierre du Bœuf et Laveyron. A St Vallier nous choisissons de passer par l’Ardèche Un petit bout de D86 à Ozon et nous prenons le chemin du futur projet en limite entre la ripisylve et les abricotiers. Il faut revenir sur la 86 à Arras pour reprendre le chemin des bords du Rhône. Avant Vion le passage d’un ruisseau nous oblige encore à y revenir. De là une petite route nous amène à Tournon avec, bien sûr un arrêt à la table du Roi. Encore la 86 pour traverser le Doux et les barrières de la promenade Roche de France ne facilitent pas le passage des cyclistes.

Sur quai Falconnet un concours de joute oppose les jouteurs de Tournon à ceux de Tain,  Et au pied du château les glaces sont très bonnes. Pour rejoindre Tain, la passerelle Marc Seguin est fermée pour l’installation du feu d’artifice. Là non plus, pas de déviation balisée pour les vélos ! Nous prenons le pont routier en restant sur le trottoir. Pour rejoindre la ViaRhôna les aménagements sont plutôt étriqués ! Beau parcours sur les quais. Une halte au confluent pour regarder passer un pousseur et un cygne qui promène sa progéniture ! Valence, Le Champ de Mars, sensation intéressante d’arriver chez soi à vélo !

ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer

15 juillet Valence Viviers 80km

Trois petits bouts de ViaRhôna aménagé en Drôme. En attendant que l’Ardèche réalise ses tronçons, la Drôme est en train de baliser des itinéraires de continuité en Drôme. Ce sera notre parcours. Apres l’Epervière, au pont des Lônes nous revenons   vers le pont des Anglais et suivons la voie ferrée dans Portes les Valence puis dans la plaine au milieu des arbres fruitiers.  Au pont de La Voulte, bel aménagement jusqu’au Pouzin avec une passerelle sur la Drôme puis une petite route en rive gauche balisée conduit au barrage de Logis Neuf et aux Tourettes. Une traversée délicate de la N7 et nous voilà dans un champ de lavande au pied de la centrale de Cruas. Cruas puis Savasse. De là nous allons  à Montélimar par le chemin des Buis et de Fontjarrus. Nous voilà sur les allées Provençales mais trop bruyantes, trop de voitures, les vélos n’ont pas leur place ! Nous nous réfugions sur la place du marché ou l’on trouve une terrasse accueillante et de bonnes glaces !

Le trajet pour rejoindre la ViaRhôna par la gare et le pont du Teil a été aménagé mais il mériterait un sérieux lifting ! Nous voilà sur le troisième tronçon de la ViaRhôna jusqu’au pont de Viviers : bien agréable. Le camping de Rochecondrie est un peu loin sur la D86 sans accès sécurisé. « Le relais du Vivarais » est une bonne adresse.

ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer

16 juillet Viviers Avignon 90km

Viviers a su gardé son épicerie en centre-ville, c’est appréciable, pourvu que cela dure ! Encore une belle étape et toujours le vent du nord, la chaleur se fait aussi sentir. Après être passé devant la mairie nous prenons à droite le joli chemin des Perriers qui passe sous le rocher de St Georges et nous amène au pont du Robinet.

Nous le traversons. Le défilé de Donzère est superbe. Nous suivons la digue jusqu’au barrage que nous traversons.

De la jusqu’à Pont St Esprit c’est une petite route très calme bordée de ruisseaux, de lônes, tantôt ombragée, tantôt en plein soleil dans la plaine du Rhône. Dans le Gard l’itinéraire est balisé sur 12km de la limite du Vaucluse à la N86. On aimerait s’arrêter sur le pont mais le trafic ne le permet pas. Là encore ce n’est pas facile pour le cycliste de trouver un endroit à l’ombre pour pique-niquer. Le parc de la mairie est même fermé entre midi et 2h. Il est aussi impossible d’aller voir la maison du Roi et l’église St Pierre sans emprunter un sens interdit !

Nous quittons la ville par le port et le chemin de Beauchamp, un beau passage le long du Rhône. La D138 nous mène à St Etienne des Sort, ce village de marinier et devant l’usine de Marcoule. Un petit détour pour traverser Codolet  à l’abri de ces digues qui la protège des crues du Rhône et de la Cèze. De l’autre côté du Rhône nous trouvons une voie verte qui nous amène à Caderousse étonnante petite ville à l’abri de ces digues ou le cycliste est bien accueilli, avec des doubles sens cyclables et une terrasse de café à l’ombre des platanes. Pour rejoindre Roquemaure il faut encore traverser le Rhône. Encore un pont difficile ! Sur les indications de Jean Louis Mante,  au giratoire, à la sortie du pont, nous prenons à gauche vers le parc Amazonia, en continuant le long du contre canal on rentre dans Roquemaure par le chemin de l’ile Miémar.  En traversant le centre et en sortant par la rue du Pavillon et le chemin de le petite Ile et des Capelans on évite une bonne partie de la D980 que l’on rejoint avant Sauveterre. A l’entrée du village, à gauche le chemin de la Valergue nous conduit dans la zone maraichère.

Le chemin du clos Méjean, de la Bastide Neuve et de la grande Bastide sont de véritables voies vertes déjà repérés et signalés par les guides Hollandais ! Nous en sortons pour traverser le Rhône sur le barrage. En face de l’usine écluse d’Avignon nous préférons quitter la grande route pour traverser l’Ile de la Barthelasse par le chemin du Mont Blanc et des Vignes pour arriver au camping. Après un repas très correct au camping nous allons faire un petit tour, à pied, du côté du palais des Pape

ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer

17 juillet Avignon Arles 62km

C’est une journée particulière. L’association de la Voie verte du pont du Gard et l’AF3V de PACA nous ont organisé le parcours avec des rencontres des élus du Gard, d’Aramon, de Comps et d’Arles. Plusieurs adhérents d’Avignon à Vélo sont là également. 35 cyclistes  pour une journée magnifique ! Commençons par une traversée de Villeneuve par le chemin de la Justice, du Midi et de la Tuilerie  qui passe sous les impressionnants viaducs de la LGV. Après 1.7km de D2 peu sympathique, une petite route nous amène par la digue à la mairie d’Aramon où nous reçoivent les élus de la Commune et Communauté de Communes qui nous expliquent leur détermination à faire avancer la ViaRhôna et le vélo. Les discussions vont bon train.

Nous rejoignions Comps pour un repas qu’ils ont organisé  sous les arbres au bord du Gardon avec le café au bistrot du village. C’est en voyant les doubles sens cyclable mis en place que l’on se rend compte de leur détermination !

Très bel arrivée à Beaucaire par le Champ de foire et visite de la vielle ville  Châteaux, Hôtels, Cariatides, Place Vieille, Mairie, Quais du canal.

Nous quittons la ville par la Croix Couverte. De là, le chemin de Beauvoire, de la Cabanette, de Saujan, de St Joseph, une véloroute pas toujours parfaitement balisée, nous amène à Fourques. Une halte au  Vieux Mas pour faire le plein d’eau. Ici La ViaRhôna existe déjà et même, pourquoi pas un accueil cycliste !

 

ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer

Au pont de Fourques nous sommes attendus par Bernard Naud et quelques autres cyclistes qui nous guident et nous font découvrir les curiosités locales des pistes cyclables interdites aux vélos ! Cela montre bien que les élus ont encore du mal à travailler ensemble dans l’intérêt des populations !  Pourtant cette arrivée en Arles par la digue est une superbe évidence. La place du vélo a encore du chemin à faire ici comme ailleurs! Les élus que nous rencontrons essaient de nous rassurer mais manquent un peu de conviction!

Superbe journée riche de rencontre et d’échanges sur le terrain entre cyclistes et  élus, je pense qu’elles sont très utiles pour le développement de la pratique du vélo sous toutes ses formes.

ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer
ViaRhôna de Genève à la Mer

18 juillet Arles La Méditerranée. Viviers Avignon 53km

Il reste à rejoindre la Méditerranée. Nous partons par le pont de Trinquetaille sur l’avenue de la Camargue, puis la route des Gimeaux. Par l’école et la route de la Dougue des Gimeaux nous prenons la route de St Marie sur 200m avant de tourner à gauche sur la route de la Dougue vers Gargeron, Villeneuve. Route agréable souvent ombragée. Elle longe le Vaccarès. A Salin de Giraud le bac du Barcarin, gratuit pour les vélos permet de voir une dernière fois le Rhône large et puissant avant qu’il ne se jette dans la mer. La digue du Rhône (encore une piste cyclable interdite !) nous amène à Port St Louis du Rhône. Depuis la création de Fos, ce port de commerce se transforme en port de plaisance. Encore 7 km de voie verte dans ce paysage sauvage  ou la terre et l’eau se mélangent, quelques cabanons et, loin les silhouettes des installations industrielles et portuaires de Fos puis nous voilà sur cette longue bande de sable entourée de dunes et devant nous La Mer.  

ViaRhôna de Genève à la Mer

Que penser de tout ça !

Voilà la fin de ce superbe parcours ou beaucoup d’entre nous ont découvre le Rhône sous tous ces aspects. Les paysages qu’il a façonnés, les villes et villages qui se sont établies autour des activités qu’il a permis de créer. Certaines se sont développées au contact de cet axe de communication. D’autres ont aujourd’hui disparues  mais ont laissé des traces.

Nous avons traversé les 11 Départements. Pour chacun il constitue plutôt une frontière, une partie un peu délaissée. Les principaux territoires touristiques sont ailleurs. Pour nous au contraire nous étions toujours au bord du Rhône.

Nous avons pu constater que durant le siècle dernier il a été plutôt mal mené par des aménagements hydroélectriques,  l’implantation de centrales thermiques et nucléaire et de nombreuses installations industrielles de toute sorte qui, même si elles ont créé des richesses, n’ont pas toujours été réalisées avec délicatesse ! Les risques dus à ses crues conduisent aussi à s’en écarter ou chercher à se protéger à l’abri de digues souvent impressionnantes.

Nous avons constaté que le «  Rhône à vélo » n’est pas non plus une évidence. Dans les régions qu’il traverse le vélo reste un sport mais n’est pas encore considéré comme un moyen de déplacement comme les autres, ni comme une façon de visiter une région. Cela peut expliquer la difficulté que rencontre ce projet de la ViaRhôna.

Aujourd’hui sur les 650km du parcours, y compris les 25km Suisse, les parties aménagées sont encore limitées à environ 255km avec de nombreuses discontinuités et pas toujours balisées. Nous les avons toutes faites. Pour le reste, nous avons trouvé 290km de routes et chemins qui sont tout à fait assimilable à des véloroutes même si quelques chemins nécessitent un aménagement pour les rendre plus confortables. Un simple balisage permettrait de faciliter le randonneur.

Il reste encore 70 km sur des routes ou le trafic reste important : 22 tronçons. 16 font moins de 3km. Il s’agit essentiellement des ponts de franchissement du Rhône pour les quels pas grand-chose n’est prévu aujourd’hui.

Nous n’avons pas rencontré beaucoup de cyclistes, peu sur les tronçons aménagés et encore moins sur les autres. Par contre nous en avons retrouvé beaucoup dans les campings, essentiellement étrangers : allemands, hollandais, suisses, italiens, espagnols. Il est certain que ce parcours attire !

Il y a encore du travail à faire pour que la  ViaRhôna fasse partie des produits touristiques « vendables ». Il faudra encore du temps pour qu’on puisse aussi bien renter et sortir des villes de façon satisfaisante. Aménager les accès aux gares comme Vienne ou la réhabilitation de la passerelle permet d’accéder facilement au centre-ville et à la gare. Rendre les villes accueillantes au vélo, c’est y systématiser les doubles sens cyclable d’abord pour les résidents comme on le trouve par exemple à Caderousse, à Comps et dans quelques autres villes mais trop rarement.

Il faudra aussi pouvoir traverser les réserves naturelles comme l’ile du Beurre sans être obligé de descendre dix fois de vélo.

Il est tant que les collectivités ne se contentent pas de faire des aménagements cyclables parce que c’est à la mode mais qu’elles considèrent que le vélo est un moyen de déplacement à part entière qui impose la continuité totale des aménagements, y compris pendant les travaux.

Il est tant aussi qu’elles apprennent à travailler ensemble à tous les niveaux et à se concerter pour, en mettant un peu en sourdine l’intérêt de chacune, sachant qu’au bout avec un peu de bon sens, chacune y trouvera son compte !  

Il est tant enfin que les sites d’intérêt, aménagées par les collectivités aient toujours un accès à vélo sécurisé et en site propre.

Elles n’ont pas le choix, il faudra qu’elles s’y mettent et un jour prochain  les deux rives du Rhône auront un itinéraire cyclable, comme c’est le cas  par exemple pour la Moselle, le Danube et le Rhin.

Partager cet article

11 novembre 2012 7 11 /11 /novembre /2012 08:40

Les cyclopédies c'est,  depuis bientôt 40 ans, un rassemblement d'amis venus d'un peu partout qui pratiquent le vélo pendant le pont de la Tousaint.

Cette année, elles avaient lieu à Villebois dans l'Ain, au Domaine des Cédres, au bord de la ViaRhôna. Un lieu agréable à des prix très raisonnables.

Nous nous retrouvons une vingtaine. Pas trop de jeunes cette fois.

Bernard nous avait préparé quelques parcours dans cette région mal connue du bas du Bugey.

jeudi 1er novembre 

circuit A

50km dénivelée 880m pour la mise en jambe et permettre le regroupement de ceux qui arrivent le matin.

Avec la voie verte au bord du Rhône pour commencer. A St solin on attaque la montée avec, très vite, de belles vue sur le Rhône

et la chartreuse sous la neige.

P1060214r.jpg

P1060224r.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1060226r

 

 

 

 

 

La montée se poursuit après Souclin, quelques beau murs et les feuillages d'automne.

A la Correrie, avant la chartreuse et le col de Portes, une belle descente dans les fayards avec quelques traces de neige sur le bord de la route nous amène à Bénonce un pique nique sous un noyer.

 

P1060230

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1060238r

 

 

 

Petites route agréables pour traverser vers Onglas et Seillonnaz  avec quelques belles maisons à redent puis c'est la descente vers Montalieu et toujours la vue sur le vignoble et la vallée du Rhône.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1060243r Certains rentrent directement sur Villebois avec une étape au café du village et d'autres traversent le Rhône pour chercher un retour sympa par la vallée Bleue. Les clôtures en pierre levées au bord de la route sont impressionnantes mais la vallée bleue est plutôt décevante, c'est le domaine de la voiture. Les quelques chemins caillouteux au bord du Rhône sont impraticables.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

vendredi 2 novembre

 circuit B

77km dénivelée 1350m. C'est la longue montée sur le plateau du Bugey.

Un peu de monde jusqu'à Serrière de Briord, Les Granges puis  calme jusqu'à  Lhuis qui vaut le détour. Belle route qui serpente dans les bois et les prairies que traversent quelques chevreuils puis Cerin et encore des bois.

Innimond2.11.201204TourbièreDeCerin2.11.201202 

 

Petit regroupement à la Tourbière de Cerin puis nous continuons jusqu'au village et à l'église.

La vue s'étend jusqu'au Mont Blanc mais il est dans les nuages. Plus près, ce sont les Monts du Chat et la Montagne de l'Épine, la Chartreuse, les falaises Nord du Vercors, difficile de s'en lasser.

Nous traversons les fermes assez basses et regroupées pour se protéger du vent et du froid. La route parcoure ces longues prairies bordées de haies ou de bois, le paysage évolue doucement. c'est un régal!

P1060249r

Ordonnaz est bien calme. Le petit musée de la Fromagerie est ouvert mais il faut sonner pour avoir quelqu'un à la boutique. Nous avons pris nos précautions avant le départ! La descente continue.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1060251rP1060252

 

A Arandaz en face de la fromagerie un petit coin à l'abri pour le pique nique.  La sympathique auberge nous accueille pour déguster le crumbel  du chef avec un petit café.

La descente devient plus raide . Sur la route, il y a quelques cailloux qui se déguisent en feuille. C'est la crevaison!

P1060253r

P1060255r

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et pas de détails: les deux pneus et surprise, il nous a fallu puiser dans nos réserves et sortir 5 chambres pour en trouver 2 bonnes.

La descente continue jusqu'à St Rambert en Bugey. De là quelques uns rentrent par Ambérieu, une petite route sur la rive gauche de l"Albarine.

P1060261

 Les autres par Clézieu, une belle montée dans les prés sur une petite route un peu raide. Encore un four banal dans ce village perché. Celui là est en très bon état. Il faut encore franchir la cète puis c'est la descente vers Villebois,  d'abord dans une forêt de hêtres flamboyants puis en longeant les anciennes carrières d'où l'on sortait ces pierres magnifiques que l'on trouve partout.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Samedi 3 novembre

Circuit C 

70km dénivelée 500m

Départ de Port de Groslée par la D19 jusqu'à la cascade de Glandieu, on remonte le Gland et, à la sortie de la gorge, la petite route à gauche nous emmène par des vallons successifs sur Crozet, St Bois, Colomieu, Arbignieu jusqu'à Belley. Parcours vallonné mais très calme et agréable. 

A Belley c'est le jour de marché la grande Rue est animée. C'est le parc du palais épiscopal qui nous sert de salle à manger. 

P1060267

P1060269

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1060266

 

 

La Ville commence à s'équiper pour accueillir les cyclistes: doubles sens cyclables, zone de rencontre...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1060272

 

 

Nous rejoignons la ViaRhôna, l'entrée n'est pas très claire  Elle pourrait être mieux signalée pour ne pas s'engager sur le pont! 

Au pont de Parissieu la côte est un peu raide. Elle va coûter à Bebel un maillon de chaîne! Heureusement que Christian avait son dérive chaîne! Et oui! Cela sert de temps en temps! 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A Virignin, en attendant la passerelle, le balisage pourrait indiquer le passage pour aller traverser le Rhône. Un petit effort pour sécuriser ce passage ne serait pas du luxe. A  la Balme nous retrouvons la ViaRhôna bien agréable; C'est un plaisir un peu monotone mais propice aux conversations.

P1060276r

P1060277r

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dimanche 4 novembre

Circuit D 

72km dénivelée 500m  Pour mémoire

P1060278Il pleut! le circuit ne se fera pas à vélo. Une petite visite au belvédère du calvaire du col de Porte que nous n'avons pas vu le premier jour avec la table d'orientation qui nous donne la direction du Mont Blanc. Il faudra revenir. La Chartreuse est en contrebas dans le vallon. Une cheminée qui fume témoigne d'une vie à l'intérieur.

 

 

 

 

 

 

 

 

Larina4.11.201201Le plateau de Larinas est encore un beau bélvédère riche en histoire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1060287rmais la pluie nous oblige à se mettre à l'abri dans la grotte de la Balme que nous allons enfin pouvoir visiter et qui en vaut la peine.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une belle découverte d'un coin assez mal connu et qui en vaut la peine.

Partager cet article

16 septembre 2012 7 16 /09 /septembre /2012 06:32

Après notre belle randonnée de juillet, il fallait terminer ViaRhôna par la branche qui va à Sète.J'avais déjà fait le parcours il y a 2 ans et voulais voir comment il évoluait.

Nous voilà partis fin août pour aller rejoindre des amis vers Marseillan et profiter du départ des vacanciers pour prendre quelques bains de mer.

Nous gagnons Arles par le train.

Pour rejoindre le pont de Trinquetaille, il est plus simple de traverser les zones de rencontre du centre ville. Une boulangerie nous permet de compléter notre pique nique.

Nous retrouvons vite la route de Gimeaux qui permet une sortie de la ville très tranquille.

A l'école des Gimeaux nous prenons la draillasse de St Gilles et nous voilà en Camargue.  

Le riz a bien poussé.

En suivant le chemin de St Jacques, nous arrivons au pont sur le petit Rhône. Une glissière en béton a été mise en place pour protéger le trottoir.

L'entrée dans St Gilles est moins sympathique avec un trafic important, aucun aménagement cyclable, et des bâtiments qui rivalisent en laideur comme partout aux abords des villes! Mais ce n'est pas très long!

Nous sommes au centre de St Gilles pour l'arrivée de l'abrivado. Cette tradition régionale où les taureaux, encadrés par les gardians à cheval, cheminent depuis leurs prés d’élevage jusqu’aux arènes, situées en ville. Les jeunes cherchent, comme autrefois, à faire durer l’événement en faisant échapper les taureaux.

Nous nous perdons dans les rues de la vieille ville. Derrière les halles, voici la Vis, ce reste de vieil escalier du XIIéme. Nous arrivons devant la superbe façade Romane de l'abbatiale.

Un banc en fait un lieu idéal pour le pique nique. Une terrasse nous permet de  prendre un café dans ce superbe décor.

Nous quittons la vieille ville par la porte des Maréchaux et le rue Emile Jamais. C'est toujours le chemin de St Jacques qui conduit au château d'Espeyran.

Cette année, après avoir traversé la voie ferrée, au lieu de la longer comme il y a 2 ans pour rejoindre le canal Philippe Lamour, nous continuons tout droit jusqu'au château d'Espeyran.

Il ne se visite pas mais je voulais essayer un passage par l'étang de Scaramandre.

Arrivée au château, la petite route continue le long de la clôture du parc très bien entretenu jusqu'au pont sur le canal du Rhône à Séte.

 Pour rejoindre la route des Iscles D179, des chemins ont l'air de traverser les rizières mais ils ne sont pas très engageants. Malgré les panneaux interdisant l'accès à tous véhicules, je préfère assurer en longeant le canal et la prise d'eau dans le Rhône. Cette interdiction aux vélos est vraiment une chose archaïque.

La Route des Iscle, jalonnée de panneaux respectez les cyclistes, est plutôt agréable. Un vieux moulin accueille un nid de cigogne.

Entre les rizières quelques troupeaux de taureaux camarguais.

 

Nous nous arrêtons au centre de découverte de Scamandre qui mérite une visite. On y trouve beaucoup d'informations sur les étangs, la faune et la flore, tout ce que l'on ne voit pas de son vélo! Plusieurs sentiers de découverte sont aménagés.

Cyclistes et gestionnaires de la réserve naturelle devraient faire bon ménage. Ce pourrait être un point d'accueil de cyclistes sympathique et utile pour faire le plein d'eau! Pour cela les appuis vélos devraient être plus adaptés aux vélos chargés. Mais, aujourd'hui, on a l'impression que les visiteurs viennent surtout en voiture.  

Un très beau passage entre l'étang de Scamandre et du Charnier nous amène à Gallician.

Les itinéraires que l'on trouve sur le site Le Barjonaute nous amènent au pont de Tourradons . Là un panneau annonce que le conseil général du Gard dépense 9M€ pour des travaux d'évacuation des crues de la campagne Gardoise, dont 30% de financement Européen :Travaux certainement utiles mais dommage qu'ils n'en profitent pas pour améliorer les itinéraires cyclables du secteur.

Du pont de Tourradons  le chemin de halage nous conduit  jusqu'à Aigues Morte avec la tour de Constance en ligne de mire. A l'entrée, une petite halte devant la tour Charbonnière .

Cette fois nous n'avions pas l'intention de nous arrêter à Aiguës Morte que nous connaissons bien. La ville est complètement bloquée par les voitures. A Vélo nous réussissons à traverser rapidement .

Nous continuons le canal et traversons les étonnants ouvrages de la Vidourle mais au pont de Lunel le chemin est coupé par un chantier de dragage du canal .le passage n'est plus possible. Il faudra passer par le Grau du Roi avec le trafic. Ce n'est pas réjouissant!

Il y a encore du monde à la Grande Motte. Sur la voie verte N°1 qui dessert les plages une place animée et un café accueillant nous permet de regarder les familles rentrer de la plage. Nous continuons sur le grand Travers. l'aménagement est terminé.

Les travaux que j'avais vus il y a 2 ans sont terminés. La superbe voie verte se prolonge même maintenant d'un km  dans Carnon au delà du petit Travers.

Nous arrivons à l'hôtel Gedéon que j'avais réservé tout prés de la plage et malgré le vent, l'eau est bien agréable après cette belle journée.Le restaurant de ce petit hôtel sympathique nous propose quelques assiettes de produits de la mer.

Le lendemain pour rejoindre Palavas je préfère prendre le chemin des Cabanes plus agréable et moins bruyant que la nouvelle piste cyclable le long de la voie rapide.

Nous rentrons dans Palavas par la voie verte venant de Montpellier. La ville est toujours très animée.  Après quelques provisions nous poursuivons vers la cathédrale de Maguelone. Après avoir longé un camping débordant de mobile home, nous voilà enfin sur la voie d'accès au site. Nous respirons!

Ce lieu est étonnant, une grande page d'histoire de la Région est très bien mise en valeur par les Compagnons de Maguelone Nous y passons un grand moment et c'est un régal!

La plage est tout près, idéal pour un petit bain et le pique nique à l'abri des rochers pour se protéger du vent! Nous croisons pas mal de familles à vélo.

Nous contournons le site à travers les étangs avec la butte de la cathédrale sous les yeux, les échasses et aigrettes ne sont pas farouches.

 

Une imposante passerelle flottante permet de traverser le canal

A l'arrivée à Villeneuve les Maguelone, en face de l'école, la TAM (Transport de l'agglomération de Montpellier) a installé un bureau de location de vélo, au terminus de la ligne 32. Avec votre titre de transport elle met gratuitement  à votre disposition un vélo avec même une remorque ou un siège pour enfant  pour vous permettre d'aller découvrir les environs et les plages. 

Il y a 2 ans la piste cyclable traversait déjà la ville jusqu'au collège. Aujourd'hui elle se prolonge de 2km le long de la route de Vic la Gardiole. Elle permet de rejoindre à vélo le parc d'aventure, les Rochers et le Labirynte de Maguelone qui se réalisent .

Le chemin de terre qui suit a été revêtu.

Il se prolonge par une petite route qui permet de rejoindre Mireval. Petit bourg bien calme et plein de charme. 

 

De là, on rejoint Vic la Gardiole et la Voie Verte qui permet d'atteindre  Frontignan.

Elle passe sur le pont de franchissement du canal du Rhône à Sète. Mais, qu'est ce que c'est que ce département qui donne la priorité aux vélos? 

Le pont n'est pas assez large. La voie verte passe et un passage alternatif pour les voitures. C'est bien ce département de l'Hérault!

Il y a pas mal de vent et le trajet vers Frontignan est plus long que prévu. On a tout le temps d'admirer les voltiges des kitesurfs et le mont Saint Clair qui se rapproche.

Ce vent donne soif et à Frontignan nous nous installons sur une terrasse abritée de la place de l'hôtel de Ville pour découvrir que Maurice Clavel est né et a vécu là.

Le canal est le chemin le plus tranquille pour rejoindre Sète. Il est interdit mais nous y croisons pas mal de cyclistes. Les ponceaux ne sont pas en très bon état; Il faut être prudent! Depuis mon dernier passage les dalles de rive ont été changées. Le Mont St Clair se rapproche.

Au pont, une voie verte reprend, une passerelle franchit le canal, se poursuit sur 500m, passe sous la voie ferrée et rejoint le quai des Moulins où des bandes cyclables permettent de rejoindre le centre de la ville.

Une très belle entrée dans Sète.

Nous traversons la ville et continuons jusqu'à Castelas.

La voie verte est maintenant terminée jusqu'à Marseillan plage. Elle se prolonge par un bel aménagement cyclable jusqu'au nouveau pont sur le canal du midi puis jusqu'à Marseillan 

Peut être un jour on pourra faire le tour de l'étang de Thau. Malgré le vent, nous profitons de la mer quelques jours.

Nous rentrons à Sète pour reprendre le train. Nous prenons le temps d'admirer une exposition d'Auguste Chabaud au musée Paul Valéry et de  pique niquer dans le jardin de plantes grasses qui vient d'être aménagé avec une superbe vue sur le port et la mer.

Nous allons acheter nos billets de train. Nous avons quelques heures devant nous pour faire  un tour de la ville. Grosse animation, le centre est envahi par un rassemblement de Harley Davidson.

Sur le canal, c'est le grand tournoi de joute de la St Louis. Nous assistons au défilé des jouteurs puis au cérémonial du tournoi.  

Mais il est tant d'aller prendre notre train et de quitter Sète en liesse!

Partager cet article

22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 08:03

L'idée d'aller faire un tour en Camargue à vélo me démangeait depuis quelques temps. Nous y avons été une ou deux fois avec les enfants, mais la plupart des sites sont envahis par les voitures et la dimension de ces espaces ne les rend pas très accessibles à pied. Par contre à vélo c'est l'idéal. Je voulais revoir la digue à la mer que j'avais parcourue dans les années 60, les plages des Saintes où j'avais vu la mer pour la première fois et Port St Louis du Rhône où j'avais été travailler au déchargement de bateaux de bois. Depuis, je n'avais pas eu l'occasion de retourner voir ces lieux.

Partir d'Arles est un bon choix. C'est une belle ville ou il y a toujours quelque chose à revoir. L'accès en train y est pratique et j'ai repéré que l'on pouvait sortir de la ville sans prendre de routes  importantes.

Il fallait encore trouver un parcours avec des routes ou chemins sans trop de voitures. Je savais que la digue à la mer était interdite aux voitures mais pour le reste...?

Je suis allé sur le site du Parc Régional de la Camargue qui publie à la fin du dépliant de présentation du parc une carte intéressante mais pas facile à trouver. Elle montre quelques routes interdites à la circulation des voitures et des routes d'intérêt touristique.

  La Draille des 5 gorges, la Digue à la mer, la piste cyclable de Port St Louis du Rhône et la petite route de Salin de Giraud à Villeneuve et Gageron seront la base de notre tour.

Restait à trouver les étapes. Il n'y a qu'aux Saintes Maries de la Mer que l'on trouve des campings plus intéressés à l'accueil de touristes séjournant dans des mobile homes que des campeurs itinérants. Rien à Salin de Giraud et Port St Louis du Rhône. Il y a le gîte du Parc à Salin de Badon.  Nous nous rabattrons sur l'hôtellerie à Salin De Giraud. 

Nous partons  avec un couple d'amis pour qui c'est une première.

ll  y a du monde dans le train mais sur l'autoroute c'est encore pire et 1h30 plus tard nous sommes à Arles vers 10 heures. Les escaliers de la gare sont équipés  de rampes pour les vélos, un peu raides mais c'est un bon début. 

La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna

Il fait fait bon et nous voilà partis pour traverser Arles.

Un arrêt sur le quai pour voir le Rhône et la vue sur la ville.

Le centre ville est aménagé en zone de rencontre. L'accueil sympathique pour le cycliste se confirme.

Après un passage devant les arènes et un arrêt à l'office du tourisme nous quittons la ville par la rue de la République, le pont de Trinquetaille et l'avenue de la Camargue bordée des traditionnels alignements de platanes.

La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna

Une petite halte devant l'entrée des papeteries, la première usine que j'avais visitée il y a bien longtemps aujourd'hui fermées et à l'abandon. L'usine de cogénération réalisée dans son enceinte à l'air également à l'abandon. Tout cela est bien triste.

Au giratoire de la route des Saintes, nous prenons tout droit la C108, petite route très calme et agréable des Gimeaux. Nous revenons un peu en arrière pour rejoindre la route des Saintes. Le trafic est très important sur cette route et nous n'avons qu'une envie, c'est de la quitter le plus vite possible.

A 300m prendre à gauche la C125 route de la Dougue, très calme et agréable  qui permet de rejoindre l'étang du Vaccarès a travers des champs de coquelicots,

Des bornes anciennes indiquant l'entrée des Mas et des canaux bordés d'iris sauvages.

Des chevauxet déjà quelques rizières. On bute sur l'étang du Vaccarés. On ne le voit pas encore malgré un belvédère aménagé sur le toit d'une station de pompage qui permet d'avoir une belle vue sur des étangs secondaires avec nos premiers flamants roses.

La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna

La draille des 5 gorges permet d'accéder au domaine de Méjanes. Il y a pas mal de voitures qui s'y rendent. Nous nous arrêterons  pour pique-niquer. Il y aura peut être moins de passage après. 

Pose à l'ombre d'une haie en bordure d'une rizière. Dés que l'on s'arrête, les moustiques se manifestent et il  faut sortir les anti moustiques indispensables.

Nous aurons de la chance pendant ces 4 jours. Ce sera la seule attaque importante. Le vent de sud va se lever et nous en protéger.

Nous continuons notre chemin. L'avocette fait bon ménage avec le taureau camarguais,

Le Vaccarés pas mal de cyclistes et des cavaliers

La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna

Mais le vent du sud s'est levé et nous commençons à bien le sentir.

Ici il y a toujours du vent soit du sud soit du nord, il faut donc composer avec lui, s'en accommoder, éviter de prévoir des étapes trop ambitieuses. Il y a toujours des choses à regarder pour nécessiter un arrêt. On en profite.

Au droit du Mas de Cacharel, on rejoint une des routes qui va aux Saintes. On y voit curieusement un panneau publicitaire mentionnant le Domaine de Méjanes. Pourtant la Draille des 5 gorges est interdite aux voitures! Cela explique bien pourquoi nous avons été croisé par de nombreuses voitures et que la draille et bien abîmée par des ornières et de la tôle ondulée. 

Il ne reste que 3km pour rejoindre Les Saintes mais le vent qui devient plus fort et le trafic important ne les rendent pas très agréables.Pourtant il y aurait la place de créer une piste parallèle

L'entrée dans la ville est plutôt surprenante. Une ville envahie par la voiture!  Cela ne donne pas envie d'y séjourner quelques jours! Nous passons la nuit au camping du Rhône.

La plage a pratiquement disparu, remplacée par un port qui rapporte plus! Ce qu'il en reste est barré par une digue surélevée bordée par un cheminement étroit, difficile d'accès et interdit aux vélos!

Les cabanes de gardian ont l'air grotesques, enfermées dans leur grillage!

La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna

Nous consacrons un bon moment à l'étonnante église des Saintes et nous repartons vers la Digue à la Mer. 

La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna

Nous avons une trentaine de km pour rejoindre Salin de Giraud. Après  les 500 premiers mètres en sable que nous faisons à pied, nous trouvons le chemin de la digue qui est très roulant. Les voitures ont disparu, il ne reste plus que des piétons, des cavaliers et beaucoup de cyclistes.

C'est sauvage, superbe,  On s'arrête souvent pour regarder les nombreux oiseaux

 Les plages ne sont pas loin mais aujourd'hui le vent ne nous incite pas à aller mettre les pieds dans l'eau!

Le phare de la Gacholle est une étape accueillante.

Une petite exposition sur les oiseaux et la vie des marais est instructive.

La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna

Le long de l'étang de Galbert la piste est ouverte aux voitures, par contre celle longeant l'étang du Fangassier leur est interdite. Elle est superbe.

Nous voilà à Salin de Giraud. Cette bourgade  ressemble à des corons du nord avec des platanes et des arènes. Cette cité créee de toute pièce par l'industrie de sel, depuis les marais salants jusqu'à l'industrie chimique de Solvay, est intéressante avec ses corons ouvriers ,ses maisons des cadres, ses églises, l'une catholique et l'autre orthodoxe qui montrent d'où venait la main d'oeuvre.

La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna

Le vent d'est ne nous a pas permis de faire des détours sur les plages de Beauduc. Nous allons quand même faire un tour vers les marais salants où un belvédère a été aménagé pour observer l'exploitation devenue très mécanisée. Il y a même un tapis roulant qui passe sous la route pour aller rejoindre le site multimodal de chargement. 

Plus loin le domaine de la Palissade est déjà fermé. Nous continuons jusqu'à la plage de Piémanson envahie par les camping-cars et la mer par les kitesurfs.

Le lendemain nous allons à Port St Louis du Rhône.

Dans la traversée de Salin de Giraud, une piste cyclable vient d'être réalisée le long de la D63.

La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna

Le lendemain nous allons à Port St Louis du Rhône.

Dans la traversée de Salin de Giraud, une piste cyclable vient d'être réalisée le long de la D63.

Le bac du Barcarin est gratuit pour les cyclistes.

Sur l'autre rive nous découvrons qu'une voie verte emprunte la digue du Rhône et se prolonge jusqu'à la Tour St Louis qui est aussi fermée, décidément nous n'avons pas de chance.Nous voilà au port. Le bassin qui accueillait les bateaux marchands a été transformé en port de plaisance et de nouvelles constructions de logements modernes, d'architecture intéressante apparaissent.

Une fête médiévale est organisée sur le quai par des groupes locaux.

L'ancien quartier des entrepôts: là aussi la transformation en quartier urbain bat son plein.

Je retrouve le bâtiment de l'entrepôt de bois qui a été transformé en halle où se tient le marché.

La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna

Après un longue visite de cette ville accueillante  et vivante, nous continuons jusqu'à la mer par la piste cyclable continue. C'est  étonnant de voir ces  marais, ces oiseaux, ces cabanons avec en fond les installations portuaires, sidérurgiques et industrielles  de Fos et de Martigues.  

 

Sur la plage, une plaque commémore le première descente du Rhône par l'amicale des Dérailleurs du Rhône en 2003. Ah ces Suisses, il nous font redécouvrir notre fleuve.

La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna

Avec le vent dans le dos, le retour à Salin de Giraud est rapide. Comme c'est aujourd'hui la fête du sel, nous nous proposons d'aller faire un tour à l'écomusée du sel. Il est fermé! Une petite visites très ventée dans les marais salants et en rentrant nous découvrons que, dans les arènes, avaient lieu des danses provençales par le groupe de la ville qui avait invité celui de Martigues. Nous profitons de la fin du spectacle. 

La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna

Le lendemain nous rentrons sur Arles avec un fort vent dans le dos ce qui est agréable. Mais de très fortes pluies sont annoncées pour midi.

La petite route qui longe le Vaccarrés est superbe, le vélo est vraiment le meilleur moyen de voir les fleurs et les oiseaux. Un arrêt à la Capelière pour visiter l'exposition très intéressante et un petit arrêt à la chapelle de Gageron

Nous arrivons à midi en Arles, juste le temps de se mettre à l'abri sous la tente d'un café accueillant. Oui il y en a.

Nous avons encore le temps de visiter le cloître St Trophime.

En 4 jours nous avons fait moins de 200km et malgré le vent, les moustiques, les lieux fermés, les hôtels peu confortables, cela a été la plus intéressante visite de la Camargue que j'ai faite. Nous n'avons jamais vu autant d'oiseaux et d'aussi près. Nos amis sont prêts à recommencer. 

Et tout compte fait la ViaRhôna d'Arles à la mer existe déjà!

En consultant le site du parc Régional de Camargue j'ai trouvé le Schéma de tourisme durable 2010/2015 du Parc Naturel Régional de Camargue. Beaucoup de choses dans ce document mais je suis très étonné que la découverte à vélo du Parc soit limité à quelques boucles que l'on vient faire en mettant son vélo dans sa voiture. Le tourisme itinérant à vélo n'y est pas mentionné pourtant il ne nécessite pas d'investissements importants et c'est peut être la seule solution pour limiter la saturation automobile de nombreux sites.  La Camargue a des progrès à faire en matière de tourisme durable! Les marges de progression sont considérable. Elles passent par le respect et l'augmentation des restrictions d'accès aux voitures.

La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna
La Camargue à vélo: autour de ViaRhôna

Partager cet article

4 février 2012 6 04 /02 /février /2012 14:56

Je suis allé à Lyon début février voir mes trois petites filles. Leur père étant parti à l'étranger pour la semaine, C'est un plaisir d'aller s'en occuper un peu et donner un coup de main à ma fille pour les emmener le matin à l'école et à la crèche, les ramener en fin d'après midi. et jouer avec elles en attendant que leur mère rentre.

Cela me laissait des journées libre et j'en ai profité pour aller faire un tour découvrir le nouveau parcours de l'Anneau Bleu, le long du canal de Jonage,  que le Grand Lyon a terminé au printemps. 

Sur les berges du Rhône ce n'est pas la grande foule mais je croise quelques cyclistes, pas mal de promeneurs et emmitouflés et des joggers. le parcours est toujours aussi agréable. Le long de la cité internationale le revêtement ne s'améliore pas. Il n'est vraiment pas à la hauteur de ce que l'on trouve dans cette ville.

Je traverse le sous bois du parc de la Feyssine, et débouche dans la prairie. Le grand platane est toujours là. Les travaux sont terminés, la piste a repris son cheminement initial et mène au passage sous le pont du périphérique  puis longe la nouvelle station d'épuration de la Feyssine.

Le chantier est termine et la voie verte est reconstitué jusqu'au pont de Vaux en Velin. Je continu tout droit en longeant le canal de Jonage et passe sous le pont de Vaux en Velin

 

Lyon l'Anneau Bleu et Via Rhona
Lyon l'Anneau Bleu et Via Rhona
Lyon l'Anneau Bleu et Via Rhona
Lyon l'Anneau Bleu et Via Rhona

J'arrive à Cusset que je connais bien pour avoir habité pas loin il y a 25 ans mais toujours pas de signalisation et pas de sortie pour rejoindre le quartier.

Voilà la belle l'usine hydroélectrique de Cusset réalisée à la fin du 19ème siècle avec le canal de Jonage pour assèche la plaine de Miribel. Sur l'autre rive une écluse  pourrait permettre à la navigation de remonter le

Rhône.

La Voie verte recommence juste avant le début de l'hippodrome de la Soie

Plusieurs rues permettent d'aller au nouveau quartier de la Soie en pleine transformation. Quelle changement!

Mais attention bien qu'on soit en pleine ville les castors se montent un peu envahissant, il ne sont pas gênés et ne se retiennent pas pour couper les arbres. Un peu de civilité! Vous allez avoir des ennuis avec les écologistes!

Lyon l'Anneau Bleu et Via Rhona
Lyon l'Anneau Bleu et Via Rhona
Lyon l'Anneau Bleu et Via Rhona
Lyon l'Anneau Bleu et Via Rhona
Lyon l'Anneau Bleu et Via Rhona

La voie verte passe sous le pont de la D517A qui permet de rejoindre Vaux en Velin qui est doublé d'une passerelle vélos.

Puis il faut traverser le pont de la Sucrerie qui lui aussi a deux passerelles vélo plus étroites.

Enfin c'est le pont de Décines ou une passerelles est en projet . Elle sera réalisée quelques années plus tard. Elle est superbe Décidément rien n'arrête les lyonnais!

Lyon l'Anneau Bleu et Via Rhona
Lyon l'Anneau Bleu et Via Rhona
Lyon l'Anneau Bleu et Via Rhona
Lyon l'Anneau Bleu et Via Rhona
Lyon l'Anneau Bleu et Via Rhona
Lyon l'Anneau Bleu et Via Rhona

Après le passage sous l'autoroute de contournement de Lyon voilà le Grand Large. Une passerelle sur l'autoroute permet de rejoindre LEA la piste cyclable le long de la ligne de Tram T3.

Ensuite, plusieurs passages sont en site partagé pour donner accès aux guinguettes et aux clubs de voile implantés au bord du lac.

Après un petit passage Raide qui permet d'avoir une très belle vue sur le plan d'eau.

la Voie Verte reprends pour rejoindre le pont d'Herbens qui donne accès au Grand Parc

Lyon l'Anneau Bleu et Via Rhona
Lyon l'Anneau Bleu et Via Rhona
Lyon l'Anneau Bleu et Via Rhona
Lyon l'Anneau Bleu et Via Rhona
Lyon l'Anneau Bleu et Via Rhona
Lyon l'Anneau Bleu et Via Rhona
Lyon l'Anneau Bleu et Via Rhona
Lyon l'Anneau Bleu et Via Rhona

Il reste encore 10km pour rejoindre le pont de Jons le contre canal longe pied le la colline de Jonage en épousant les courbes du relief, ce qui lui donne un aspect naturel agréable.

Malgré le temps gris et froid je croise quelques promeneurs à pied ou à vélo. il ne sont pas nombreux!, par contre les cygnes, cannards et poules d'eaux sont bien plus dans leur élément.

  Voila le pont de Mezyeu puis le pont de Jonage qui donnent tous les deux accès au Grand parc

 La voie passe encore sous l'autoroute te la ligne LGV, puis le barage de Jons apparaît

Lyon l'Anneau Bleu et Via Rhona
Lyon l'Anneau Bleu et Via Rhona
Lyon l'Anneau Bleu et Via Rhona
Lyon l'Anneau Bleu et Via Rhona
Lyon l'Anneau Bleu et Via Rhona

Voila le pont  de Jons ou un très bel escalier, un peu raide dans la 2ème partie, a été aménagé pour rejoindre la route.

On n'est plus dans le Grand Lyon. Espérons que les collectivités locale ont le projet d'ajouter un autre passage plus pratique pour les vélos et les Chevaux!

J'apprendrais plus tard qu'une sortie a vélo est possible un peu avant d'arriver en vu du barrage de Jons qui a beaucoup d'allure.

J'ai l'impression que l'on peut continuer par un chemin en bord du Rhône mais aujourd'hui je vais m'arrêter la il faut que je rentre à Lyon pour aller chercher Mathilde, Garance et Sarah.

J'ai fait 30km depuis le centre de Lyon et sans me presser il ma fallu  2 heures. Il fait -4° j'ai un peu froid au bout des pied mais cela reste très supportable.

Quel beau parcours qui donne des tas de possibilités de boucles. Cela semble inépuisable.Par contre le balisage piéton est un peu difficile à lire.

Lyon l'Anneau Bleu et Via Rhona
Lyon l'Anneau Bleu et Via Rhona
Lyon l'Anneau Bleu et Via Rhona
Lyon l'Anneau Bleu et Via Rhona

Pour le retour je vais prendre le parcours de Via Rhôna Je suis le même trajet jusqu'au pont d'Herbens que je traverse. De l'autre côté le chemin Martel n'est toujours pas aménagé pour rejoindre la ferme des Allivoz.

Mais je prends le temps d'y aller pour voir ou en est le beau projet annoncé "de ferme pédagogique pour améliorer la relation entre les habitants et leur environnement".  Malgré quelques démolitions, le chantier du bâtiment n'a pas vraiment commencé . Par contre, à l'entrée,  le jardin pédagogique, malgré son aspect figé par le froid et la pellicule de neige qui recouvre les troncs,  à l'aire d'être un lieu très accueillant. 

En plus du  jardin ce lieu est à la fois un aménagement fonctionnel et une installation d'art environnementale  intéressante

Lyon l'Anneau Bleu et Via Rhona
Lyon l'Anneau Bleu et Via Rhona
Lyon l'Anneau Bleu et Via Rhona
Lyon l'Anneau Bleu et Via Rhona
Lyon l'Anneau Bleu et Via Rhona
Lyon l'Anneau Bleu et Via Rhona
Lyon l'Anneau Bleu et Via Rhona

L'aménagement de la ViaRhôna reprends à l'entrée de la ferme le parcours est toujours agréable le centre D'accueil du grand parc est assez animé. le parking est bien garni mais les vélo sont resté à l'intérieur les accès à vélo restent encore peu nombreux!

Apres etre passé à côté du gué qui permet de rejoindre Miribel, je quitte le Grand Parc. Le parcours le long de l'autoroute qui était très endommagé par les racines , a été refait à neuf! L'entretient est bien assuré, seul la signalisation de l'itinéraire est absente. Dommage pour ceux qui ne connaissent pas encore ou qui viennent de loin!

Au pont de Croix Luizet je choisi de rentrer sur Lyon par la Doua. Je rejoint l'avenue Albert Einstein et l'INSA pour me rappeler de bon souvenirs. Maintenant l'école est totalement ouverte sur la ville et le Tram à remplacé le restaurant.

Je continue le boulevard du 11 Novembre, traverse le Parc de la Tête d''or.

Me voilà rentré, encore 30km pour le retour et une journée bien remplie. quel domaine fabuleux tout près de Lyon 

Lyon l'Anneau Bleu et Via Rhona
Lyon l'Anneau Bleu et Via Rhona
Lyon l'Anneau Bleu et Via Rhona
Lyon l'Anneau Bleu et Via Rhona

Partager cet article

29 mai 2011 7 29 /05 /mai /2011 15:29

  La passerelle de ViaRhôna sur l'Isère réalisée par le Département de la Drôme était attendue depuis un an. Elle est aujourd'hui terminée. REVV  voulait faire connaître cette première Voie Verte arrivant à Valence et a organisé pour cela un spectacle découverte itinérant à vélo entre Valence et Pont d'Isère .

Tout au long du parcours, Béatrice Maine (comédienne, conférencière, cyclo-voyageuse),  nous a fait vivre un voyage à Vélo de 3 ans, un tour du monde passionnant traversant des pays tels  que l'Iran,  la Chine, la Mongolie le Canada.

Il fait un temps superbe malgré un petit vent du nord, la journée s'annonce bien.

Accueilli par des élus de Valence, 150 cyclistes se retrouvent sur les boulevards de Valence , Place Montalivet, pour partir à la découverte de Via Rhôna

Fête du Vélo à Valence sur Via Rhôna
Fête du Vélo à Valence sur Via Rhôna
Fête du Vélo à Valence sur Via Rhôna

L'aventure commence par la traversée du Marché de Bourg les Valence beau bain de foule. A l'île Girodet nous voilà sur la Voie Verte débarrasses de voitures jusqu'à Tain.

Plusieurs halte permettent de se retrouver et de rêver en écoutant  le récit de ce voyage pas ordinaire. 

Arrivé à la passerelle les élus qui venait de procéder à son inauguration sont déjà repartis mais la tente et le buffet sont toujours là.

On en profite car les exploits de Béatrice nous donnent soif!

Fête du Vélo à Valence sur Via Rhôna
Fête du Vélo à Valence sur Via Rhôna
Fête du Vélo à Valence sur Via Rhôna

Enfin nous traversons cette belle passerelle réalisée sur les piles d'un ancien pont de la première ligne de chemin de fer. Puis nous allons nous mettre à l'ombre à Pont d'Isére pour profiter d'agréable aménagement réalisé par la commune au bord du ruisseau du Buchillion

 

Fête du Vélo à Valence sur Via Rhôna
Fête du Vélo à Valence sur Via Rhôna
Fête du Vélo à Valence sur Via Rhôna
Fête du Vélo à Valence sur Via Rhôna

Puis nous allons nous mettre à l'ombre à Pont d’Isère. Une sortie  de ViaRhôna a été finalement aménagée à la demande de REVV. Nous profitons d'un agréable aménagement réalisé par la commune au bord du ruisseau du Buchillion.

Le lieu est bien apprécié pour la dernière étape du voyage et le pique nique.

Nous retrouvons les romanais qui sont aussi venu aussi voir cette nouvelle passerelle.

Ombrage et fraîcheur pour tous nous permettent d'écouter la fin du voyage à l'abri du Mistral !

Fête du Vélo à Valence sur Via Rhôna
Fête du Vélo à Valence sur Via Rhôna
Fête du Vélo à Valence sur Via Rhôna
Fête du Vélo à Valence sur Via Rhôna
Fête du Vélo à Valence sur Via Rhôna
Fête du Vélo à Valence sur Via Rhôna
Fête du Vélo à Valence sur Via Rhôna

Vers 1 heure un petit groupe décide d'aller boire un café à Tain.

Au pont de Roche de Glun, un chantier de confortement de la digue nous conduit a prendre la petite route qui longe la Bouterne. Nous avons bien choisi nous somme bien à l'ombre des grand peupliers. 

Arrivé à la N7 un passage aménagé permets de franchir la Bouterne et de revenir sur Via Rhona sans croiser le trafic important

 

P1070937

 

Fête du Vélo à Valence sur Via Rhôna
Fête du Vélo à Valence sur Via Rhôna

L'arrivée à Tain par le quai du Rhône est très belle.

Passé sous le pont routier nous voilà dans une ambiance de kermesse. Un concours de fanfare  donne une ambiance de fête. 

Un petit café qui fait du bien. 

Fête du Vélo à Valence sur Via Rhôna
Fête du Vélo à Valence sur Via Rhôna
Fête du Vélo à Valence sur Via Rhôna
Fête du Vélo à Valence sur Via Rhôna
Fête du Vélo à Valence sur Via Rhôna
Fête du Vélo à Valence sur Via Rhôna
Fête du Vélo à Valence sur Via Rhôna
Fête du Vélo à Valence sur Via Rhôna
Fête du Vélo à Valence sur Via Rhôna

Nous continuons a travers les petites rues de la ville pour prendre la passerelle Marc Seguin.

La barrière est vraiment difficile à passer, surtout quand on a des sacoches, un tricycle ou un fauteuil pour handicapé.Les randonneurs n'aiment pas ces dispositifs.

 

Nous rencontrons Gilbert Bouchet, le Maire de Tain,  en train de déjeuner avec son épouse sur la terrasse du restaurant à côté de la passerelle. Il nous promet d'y réfléchir.

Fête du Vélo à Valence sur Via Rhôna
Fête du Vélo à Valence sur Via Rhôna

Nous rentrons sur Valence en nous laissant porter le Mistral et  en profitant des coins d'ombre pour faire de petites haltes.

Une très belle journée.

Le Département de la Drôme a fait du beau travail!

Encore une belle action de REVV pour développer la pratique du vélo pour tous.

Fête du Vélo à Valence sur Via Rhôna
Fête du Vélo à Valence sur Via Rhôna

Partager cet article

Présentation

  • : La vie à vélo d'Albert
  • : Partager ce que l'on peut faire à vélo, balades, randonnées, visites de villes, de régions, de pays. Des idées d'itinéraires, de découvertes et de rencontres.
  • Contact

Rechercher Sur Ce Blog